Groupe de la majorité « Salaise 2020 » - Décembre 2020

ENSEMBLE, DÉFENDONS LA LIBERTÉ


Le groupe s’associe à la lettre ouverte rédigée par la presse.

Les attaques contre la liberté d’expression se multiplient.
Un grand nombre d’organes de presse* ont décidé pour la première fois de s’adresser aux citoyen·ne·s afin de mobiliser la société pour défendre ce droit fondamental.
En 2020, certains sont menacés de mort sur les réseaux sociaux quand ils exposent des opinions singulières. Des médias sont ouvertement désignés comme cibles. Des États exercent des pressions sur des journalistes. La violence des mots s’est transformée en violence physique.
Des femmes et des hommes de notre pays ont été assassinés par des fanatiques en raison de leurs opinions.
Des journalistes et des dessinateurs ont été exécutés pour qu’ils cessent d’écrire et de dessiner librement.
« Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement », proclame l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme de 1789. Pourtant aujourd’hui, c’est l’édifice juridique qui est attaqué par des idéologies totalitaires prétendant parfois s’inspirer de textes religieux.
Bien sûr, nous attendons des pouvoirs publics qu’ils déploient les moyens policiers nécessaires pour assurer la défense de ces libertés. Mais, nous redoutons que la peur n’étouffe inexorablement les derniers esprits libres. Que restera-t-il alors de nos libertés ? Il nous arrive d’oublier le privilège et le confort qu’elles constituent. Elles sont comme l’air que l’on respire, et cet air se raréfie. Les lois de notre pays vous autorisent à parler, écrire et dessiner comme dans peu d’autres endroits.
Oui, vous avez le droit d’exprimer vos opinions et de critiquer celles des autres, qu’elles soient politiques, philosophiques ou religieuses, dans les limites fixées par la loi.
Rappelons ici, en solidarité avec Charlie Hebdo qu’en France, le délit de blasphème n’existe pas. En défendant la liberté de blasphémer, ce n’est pas le blasphème que nous défendons, mais la liberté. Nous avons besoin de vous. Du rempart de vos consciences.
Citoyens, élus, journalistes, militants de tous les partis et de toutes les associations, nous devons réunir nos forces pour faire triompher notre amour indestructible de la liberté.
​​​​​​​#DéfendonsLaLiberté


Groupe de l’opposition « J’aime Salaise » - Décembre 2020

Le groupe n’a pas souhaité proposer de texte.


En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.